Papa ment – Marc Lavoine

lhomme-qui-ment_lavoine– Bonjour Marc, vous aimez la neige ?
– Quoi ça ?
– Je demandais par rapport aux flocons…
– On me l’a jamais fait celle-là.
– Oui bon, on peut être psy et avoir un humour de merde, c’est pas incompatible. Notez, Hannibal était psy et psychopathe. Etre bi-classé c’est tendance.
– Non mais si je voulais Kev Adams comme psy, je serai pas ici.
– C’est pas faux.
– Ni un Astier d’ailleurs…
– Oui, ok, ok. Z’êtes pas un joyeux luron Marc.
– Non, je suis venu pour vous parler de mon livre.
– Qu’est-ce que vous avez à en dire ?
– Papa était communiste, il se tapait plein de nana, ce qui rendait maman malheureuse, et moi aussi un peu.
– Bien, dis-je en notant ces détails. Quoi d’autre ?
– Papi et mamie étaient vieux. ils sont morts.
– Vous ne les avez pas revus depuis ?
– Depuis leur mort ? Non, l’invasion des profanateurs n’a pas eu lieu.
– C’est vrai. Quoi d’autre ?
– On avait une chatte. Qu’est morte aussi.
– Vous m’avez l’air déprimé Marc.
– Non, pas du tout, je vous explique ma vie.
– Ok, ok, et en dehors de ces informations empathiques ?
– Je… Non, c’est tout.
– Ok, je vois. Vous avez vécu des trucs un difficile, mais j’ai précisément ce qu’il vous faut !
– Quoi, je dois écrire un livre pour raconter tout ça ?
– Pas du tout ! Will Smith, le petit frère de Jeff Wesson, m’a prêté son flashouilleur. Regardez la lumière deux secondes…
Schlouff !
(oui le flashouilleur fait schlouff – c’est moi l’auteur bordayl !)
– Voilà Marc, vous êtes un chanteur connu et reconnu, un acteur… qui joue dans des films français quoi. Cette histoire avec votre père n’est jamais arrivée, vous vivez heureux avec votre frère, vos parents s’aimaient, votre père était de droite et surtout, votre chat est encore vivant, il a 150 ans aujourd’hui, mais tout va bien, vous pouvez rentrer chez vous travailler à votre prochain album, même si, putain qu’est-ce que je déteste vos chansons, les yeux camembert quoi, je sais pas, faites-vous aidez par Houellebecq pour vos prochains tubes. Allez Marc, cassez-vous et soyez heureux.
Marc cligne des yeux et me considère.
– Vous êtes ?
– Votre psy in black. La séance vient de se terminer.
Il me sourit.
– J’avais des problèmes ?
– Non, rien. Rentrez chez vous.
– Ok.
– Bisous Marc.
– Bisous.
Voilà comment j’ai sauvé cet homme de ses tourments. Peut-être un peu trop… Parait qu’il prépare un duo avec Magic System.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *