Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants – Mathias Enard

Ce livre, de Mathias Enard (un nom à être un personnage des inconnus), est un roman court, voire une nouvelle longue vu combien l’éditeur a cherché à gagner de la place en jouant sur la mise en page, les marges et même, le format du livre, pour en faire un roman, qui est étrange…

Je ne reviens pas sur le contenu, n’importe quel site commerciale vous le dira mieux que moi. Non, j’insisterai sur un point pour le moment (car je ne l’ai pas encore fini), mais qui a son importance : l’écriture auditive.

Car oui, il faut bien l’admettre, certains auteurs ont une écriture auditive. En les lisant, on jurerait qu’un conteur lit le texte que nous découvrons. Cette voix, intime au lecteur, n’est jamais celle de l’écrivain, sauf s’ils ont couché ensemble… Et je n’ai pas couché avec Mathias… Non. Pour moi, ce livre, a été écris pour être lu par Christophe Hondelatte, avec son phrasé d’enquêteur dans l’émission qu’il présentait « Faites entrer l’accusé ».

Alors non, je n’ai pas couché non plus avec Christophe Hondelatte. Mais j’adore sa voix. Je n’y suis pour rien. Et je pense qu’il gagnerait à faire des lectures en public.

Pour en revenir au roman, je dirai simplement qu’il ressemble à une enquête et que rien que pour cet exercice de style, il vaut la peine d’être lu. Ce ne sera pas la lecture du siècle, mais elle sera intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.