Sa Majesté des mouches – William Golding

J’ai retrouvé dans mes cartons une vieille édition de « Sa majesté des mouches » de William Golding, qui s’appelait à l’époque simplement Golding, l’éditeur ayant perdu son prénom lors de l’impression de la couverture (balo n’est ce pas ?). Je me suis donc dit : « Ah, v’la ti pas un truc m’rrant qu’l’air sympa avec un tit’ ‘trange » (ouais, je me parle en imitant un paysan seine-et-marnais).

Ma vieille édition avait deux autres points étranges : p 176, oublierons est devenu publierons ; et je ne sais plus qu’elle page, la pluie est devenue la puie. Bon, why not, après tout, la littérature, c’est de l’art, non ?

De plus, toujours pour parler de cette édition, la quatrième couverture vous gratifie d’un résumé concis, mais complet. Du coup, vous savez tout ce qui arrive, plus de surprise, plus de plaisir. Bon, admettons, la littérature, c’est un commerce un peu aussi, non ?

Lu. Alors, qu’en reste-t-il ?

Ce livre est présenté comme un roman philosophique, mais de philosophie du Nord de la France, ou du Sud de la Belgique, c’est selon, car dès les premières pages, nous découvrons que les héros sont un groupe de jeunes garçons, des collégiens anglais pour être précis, âgés de six à douze ans, qui se baladent à moitié nu sur une île déserte…

L’intérêt réside dans la reconstruction de la société par les enfants prépubères nus que le soleil caresse tandis qu’ils jouent sur la plage… Je m’égare.

Ce coté philosophique est un peu vrai. Mais bon… Ca m’a pas vraiment convaincu.

Alors, faut-il le lire ?

Si vous aimez la philosophie belge expliquée avec des exemples tendancieux, foncez, sinon, passez votre chemin. Vous vous ennuierez, d’autant plus que les répétitions, toujours associées au monde des enfants – comme si les enfants avaient besoin qu’on leur rabâche tout trente fois – lassent n’importe quel lecteur de rer.

Conseil ?

A lire en diagonal. C’est mal, mais ça le vaut bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.