Démarcher les auteurs amateurs où petit guide de chasse du gibier littéraire

Vu le nombre d’auteurs et le nombre de relecteurs, il peut paraitre superflu de vouloir chasser de l’auteur pour arrondir ses fins des mois. Mais, vu combien chiffre le crédit immobilier et celui de l’Audi A6 tout juste sortie du garage, il peut s’avérer déterminant de trouver de nouvelles proies.

Alors, quelle stratégie adoptée, quel matériel choisir, où se rendre ? Voici une page-guide pour la chasse de l’auteur !

En premier lieu, il convient de définir le territoire de chasse :  un auteur, ça ne va pas n’importe où ! Inutile donc de vous rendre chez vote garagiste, dans un supermarché ou dans un forêt domaniale.
Non ! L’auteur se cache dans internet ! Que ce soit pour recopier des articles de Wikipedia, pour googler la conjugaison d’un verbe ou pour rechercher un nom de ville finlandaise pour un manuscrit fantasy, un auteur est toujours sur le net.
Il faudra donc le chasser en ligne !

L’armement du chasseur d’auteur est donc un pc, ou un mac, avec une connexion internet. Attention, votre pc, ou votre mac, devra être muni d’un clavier agréable sur lequel tapé des heures ne vous détruira pas les doigts. On néglige souvent de le signaler.

La zone de chasse est constituée de forums et des réseaux sociaux (sauf Myspace qui va bientôt mourir).
Les forums : certains destinés aux auteurs sont de véritables lieu de chasse. Il suffit de lire les textes en ligne pour se rendre compte de combien ils ont besoin de vous. N’hésitez donc pas à vous inscrire sous plusieurs pseudonyme, et à prendre contact.
Les réseaux sociaux : un auteur amateur se reconnait par l’adjectif « auteur » à son nom. En effet, un auteur véritable n’a pas besoin de le spécifier. De là, il suffit de l’ajouter en ami, d’attendre qu’il présente quelques doutes quant à une œuvre qu’il a écrit et d’en profiter pour le contacter.
Il existe d’autres endroits, comme les cafés littéraires, mais qui sont plus complexes car il faut y avancer à visage découvert, ce qui n’arrange pas le relecteur : impossible de harceler un auteur, de lui proposer différents devis sous différents pseudos voir de relire plusieurs fois le même texte sous différents noms.

Le piège : il s’agit d’une prise de contact, amicale, amiable et poli. Nul besoin de parler argent d’entré de jeu. Au contraire, soyez patient, l’auteur, y viendra de lui-même.
Pour le piéger, Il faut mettre en avant le texte et demander à l’auteur s’il a des doutes (rien que cette question le fera douter d’avoir des doutes), s’il souhaite un avis professionnel (professionnel étant le mot censé excité ses envies littéraires), ainsi que quelques conseils. Cette parade, quasi amoureuse, doit excité l’auteur suffisamment pour que sa méfiance s’efface. Une fois fait, il sera mûr.
Aucun auteur n’y résiste.

L’appât : le temps de l’avis. Là encore, soyez amicale, amiable et poli.
Dites qu’il a du potentiel, qu’il faudra reformuler par-ci, par-là, et corriger certaines expressions. Concluez par : « il y a encore beaucoup de travail, mais si vous le souhaitez, je pourrai vous donner un devis ».
Et attendez. Tout est en place, l’auteur tourne, hésite, et finira par succomber.

La mise à mort : le devis.
Reportez-vous à l’article « comment vivre en dessous du seuil de pauvreté » pour chiffrer votre devis et faites lui signer rapidement un contrat. N’oubliez pas que l’auteur est un animal sauvage, qu’il fuira à la moindre occasion que vous lui laisserez. Mettez le en cage, surveillez le et avancez à pas lents pour qu’il se familiarise.

Note : vous ne devez surtout pas vous avancer quant à la probabilité d’édition du texte. Tout le monde sait que peu de texte sont édités et que le travail de relecteur, même s’il l’améliore, ne transforme pas un manuscrit banal en best seller.
Gardez donc les pieds sur terre, soyez humble et modeste, vous n’en serez que plus persuasif.

Allez, j’y retourne ; c’est qu’elle me coûte ma nouvelle A6 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.