Les veilleurs – Frédéric Vasseur

Souvent on lit des livres d’auteurs qu’on ne connait pas, qu’on ne connaitra jamais (surtout s’ils sont morts) et on regrette de ne pouvoir leur parler, de leur signifier combien on les aime, ou pas, combien on rêve de leur corps, ou pas. Ce fut donc pour moi un véritable plaisir que de lire un livre d’un auteur que je connais 😉

Commençons par le début : « Les veilleurs » n’est pas un roman. Derrière ce titre se cache un recueil de nouvelles, diverses et variées, pour certaines déjà publiées, pour d’autres totalement inédites.

De quoi ça parle ?

Difficile de le résumer : comme il s’agit de plusieurs nouvelles, qui ne tournent pas autour d’un thème, on pourrait les résumer les unes après les autres, mais ça ne serait pas très pertinent. Elles ont toutes un point commun : leur auteur. On pourrait donc résumer l’auteur… Mais résumer un être humain ça ne se fait pas non plus. Alors du coup, qu’en dire ?

Tout d’abord, ce jeune (encore un peu) auteur écrit bien – surtout lorsqu’il se frotte au fantastique et à l’horreur (je pense notamment à « Amour fou »).

Ensuite, bien que les nouvelles se passent à différentes époques et dans divers mondes, l’univers de l’auteur demeure présent dans chaque. Lors des concours d’écriture j’appelle cela « tirer la couverture à soit », autrement dit, prendre un sujet et l’interpréter suivant sa sensibilité, son outillage mentale, son imagination et son style. Ceux qui réussissent ce tour de force finissent souvent écrivain (et c’est tout le mal qu’on leur souhaite).

Enfin, chaque nouvelle apporte quelque chose. Rassembler des nouvelles, c’est bien, rassembler de bonnes nouvelles, c’est mieux. Ici, rien à jeter. Attention, je ne dis pas que tout vous plaira : suivant les affinités de chacun, certaines vous toucherons plus que d’autres (pour ma part, je l’ai déjà dit, j’ai ma préférence pour les fantastiques et horreurs), mais elles sont toutes d’une grande qualité.

Faut-il l’acheter ?

Pour les auteurs, je dirai oui. Vous comprendrez comment « tirez la couverture à soi », ce qui est important si vous vous lancez dans le mercenariat des concours et autres appels à texte. Apprenez à conserver votre univers ! Vous vous rendrez compte également que même si vous n’avez pas le temps d’écrire un long roman d’un millions de caractères, vous pourrez rassembler vos nouvelles pour en faire un recueil admirable (nouvelles qui sont plus facile à écrire lorsqu’on a un véritable métier).

Pour les lecteurs je dirai oui aussi : vous découvrirez un bel auteur, vous soutiendrez une jeune maison d’édition et de plus, vous assoirez le succès des recueils de nouvelles, un genre qui a du mal à percer malgré la qualité de ce format.

Ps : n’hésitez pas à lui demander des autographes 🙂

Ps2 : les dernières nouvelles (je parle de Svetlana) pourraient un jour devenir un roman à part entière… Il a intérêt à le faire le bougre !

4 réflexions sur « Les veilleurs – Frédéric Vasseur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.