Tentative de rétro-ingénierie du jdr

Ce 15 mai, j’étais invité à participer au 4e colloque international Game Evolution : http://gameevolution.extragames.fr
Propulsé par Antoine Chollet et Philippe Lépinard, cet évènement rassemblait des enseignants et des professionnels de la ludopédagogie. Conférences (en ligne – covid oblige), échanges via tchat et mp, ce colloque que j’ai découvert cette année a été stimulant, enrichissant et un peu prospectif (il m’a donné envie de poursuivre l’expérience Ludolab dans de nouvelles directions).
Alors, on y a parlé e-sport, serious games, jeu de rôle papier (ou sur table) notamment.
J’y étais pour parler jeu de rôle justement.

En fait, quand l’appel à proposition est tombé, j’étais en train d’entamer le boulot sur Les chiens de béhémot. Je regardais les vidéos de M Phal, et j’y trouvais de bonnes idées, d’autres moins bonnes et ma foi, elles m’ont amené à une double réflexion à savoir :
– quels sont les composants fondamentaux d’un jdr ?
– comment déployer un jdr en formation ?
Pour la première question, il y avait déjà des articles dans d’anciens Casus Belli, des vidéos pleines de conseils, pleines d’analyses, des miettes d’information dans les ouvrages Grumph, ou d’autres, et sur des sites ou des blogs, mais je n’avais pas encore une vision claire.
Pour le second, j’ai vu que Philippe utilisait le jdr en cours d’anglais, avec quelques adaptations (simplification des règles, simplification de l’aventure notamment).
Et comme avec le Ludolab, nous avons décortiqué plusieurs jeux pour les comprendre, les tordre et les utiliser en formation (je vous renvoie aux niveaux de hack de Nicolas Tondeur), je me suis dis : « Pourquoi ne pas faire de même avec le jeu de rôle ? »


Après tout, le jdr est un jeu comme un autre.
Donc voilà, plusieurs semaines à lire, à comparer, à étudier des jeux de rôle :
– des jeux pour la plupart issus de ma collection personnelle (nous n’avons pas de partenaires éditeurs pour le moment),
– des jeux « classiques » au sens où il y a un meneur.se et des joueurs.ses,
– des jeux avec dés, fiches de perso, pizza bières… enfin non, pas la bière… parce qu’en formation…
Au final l’article comporte une trentaine de pages. Il met en avant la relation d’interdépendance ente univers, système, rôle et type d’aventure.
Vous allez me dire, rien de neuf sous le soleil.
Et pourtant, la partie rôle et aventure m’a amené à retravailler mon propre jeu de rôle : les joueurs.ses y incarneront des monstres-enquêteurs, qui devront résoudre des enquêtes. De là, je suis parti sur la science forensique pour comprendre les éléments et les étapes d’une enquête, pour en faire des éléments de jeu. Ensuite, cela m’a fait reconsidérer la manière de rédiger les scénario.
De là, avec encore plus de recul, j’envisage maintenant la possibilité d’adapter un jeu de rôle à une formation. Que ce soit en modifiant l’univers, le système, les rôles ou les aventures. J’ai l’impression d’avoir des nouvelles clefs pour travailler.
Alors tout cela est une tentative. C’est forcément critiquable, ça ne s’applique pas à tous les jdr, mais tout de même, ça a le mérite d’avoir été dit.
Si vous êtes curieux, je joins la présentation.
Si vous souhaitez apporter des éléments nouveaux, critiquer, affiner, ou juste échanger, n’hésitez pas à me contacter.


Bonne lecture. Et à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.