Les vacances d’un serial killer – Nadine Monfils

La littérature, je l’ai déjà dit, c’est comme la bière : il faut la découvrir et la savourer. Elle le mérite.

Acheter au détour d’un stand du Salon du livre, interpelé par le titre, je me suis dit, voici quelqu’un qui a mon humour, jetons-nous dessus (oui, je me parle à la première personne du pluriel, question de respect).

Je l’ai lu.

De quoi ça parle :

« Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans … Lire la suite

Mathilde – Jérôme Cayla

Pour la deuxième fois, j’ai lu le livre d’un auteur que je connais, que j’ai rencontré, avec qui je discute sur internet et que j’apprécie beaucoup. Plus qu’une lecture, ce fut donc une rencontre, un regard nouveau.

J’entends déjà mes fans hurler à la trahison : « Comment seras-tu objectif et critique, puisque tu connais l’auteur, VENDU ! ». Je leur répondrai que s’apprécier et s’estimer, ça ne veut pas dire être condescendant. De plus, le but des articles est de trouver ce qui, dans un livre, peut intéresser un auteur. Je ne suis pas là pour donner un avis … Lire la suite

Le casting d’un récit ou qui qui va jouer quoi ?

J’ai failli oublier ce détail d’importance, et en lisant « Lire magazine » de ce mois-ci, où une note stipule : « ces personnages pas charismatiques pour deux ronds » (je cite environ), je me suis rappelé que le casting, c’est quand même une étape importante d’un texte.

Alors voici un petit point sur comment choisir / construire ces personnages.

1/ Construire, c’est choisir :

Je rappelle à l’auteur que vous êtes, que vous DEVEZ construire vos personnages, pour cela, il faut d’abord savoir qui vous voulez mettre en scène. Il existe plusieurs techniques, mais qu’il faut sélectionner au regard … Lire la suite

Les particules élémentaires – Michel Houellebecq

Lorsque j’ai dit à mon entourage que j’allais lire Houellebecq, il y a eu comme un blanc, comme une gêne, comme si j’avais dit une insanité. On m’a souhaité « bon courage », un peu gêné. Certains m’ont souhaité « Bonne nuit ». Etonné, j’ai fait une recherche sur internet et j’ai trouvé ce genre de phrase : « Michel Houellebecq, écrivain que le monde entier nous envie, n’est pas facile à aimer. Il se moque des droits de l’homme, ignore les droits de la femme, et s’intéresse peu aux enfants, ne parlons pas de la famille. » J’ai donc … Lire la suite

Bohème – Mathieu Gaborit

Mathieu Gaborit mérite le respect. Il le mérite parce qu’il est jeune, parce qu’il a collaboré à Casus Belli et parce qu’il a travaillé dans le milieu du jeu de rôle (notamment sur Agone). Pour les personnes de ma génération, ce parcours est presque un modèle à suivre. Limite une success story.

Lorsqu’on m’a prêté ce livre, je me suis dis : « Woooo, je vais enfin lire un roman de cet auteur ! ». Je l’ai donc ouvert et me suis jeté dedans.

De quoi ça parle ?

Pitch de la Fnac : « l’Europe est recouverte d’une … Lire la suite

Socrate dans la nuit – Patrick Declerck

Les auteurs belges, c’est comme les bières belges, il faut les savourer. Mais comme ils ne sont pas toujours connus, ni mis en tête de gondole, il faut aller les chercher, les découvrir et parfois, se prendre une claque.

Cet auteur, je ne le connaissais ni d’Eve, ni d’Adam, ni de qui que ce soit d’ailleurs. J’ai trouvé son volume perdu dans un rayon du salon du livre 2011 où une pancarte clamait : « Littérature Belge ». Je me suis posé une première question : « la Belgique existe encore ? » ; puis une seconde : « ils … Lire la suite

Invisible – Paul Auster

La première fois que j’ai entendu parler de Paul Auster, j’étais jeune, j’avais encore des cheveux, et j’étais un étudiant d’AES qui s’ennuyait ferme sur les bancs de l’université. J’avais un cours de littérature française – en AES, allez savoir pourquoi – et la professeur commença ainsi : « Nous allons étudier le nouveau nouveau roman ». J’ignorai qu’il existait un « nouveau roman », et encore moins un « nouveau nouveau roman » – nouveau nouveau me semblant particulièrement moche dans la bouche d’un professeur de littérature, soit dit en passant.

J’ai donc découvert la trilogie. Intéressante. Moins que … Lire la suite

Les veilleurs – Frédéric Vasseur

Souvent on lit des livres d’auteurs qu’on ne connait pas, qu’on ne connaitra jamais (surtout s’ils sont morts) et on regrette de ne pouvoir leur parler, de leur signifier combien on les aime, ou pas, combien on rêve de leur corps, ou pas. Ce fut donc pour moi un véritable plaisir que de lire un livre d’un auteur que je connais 😉

Commençons par le début : « Les veilleurs » n’est pas un roman. Derrière ce titre se cache un recueil de nouvelles, diverses et variées, pour certaines déjà publiées, pour d’autres totalement inédites.

De quoi ça parle ?… Lire la suite

Le début d’un roman ou comment devenir dépressif

Une fois l’histoire trouvée, le plan établi, le français appris, des papiers et un stylos volés, vous êtes prêts pour commencer à écrire. Mais voilà, comment commence-t-on un roman ? Qu’est-ce qu’il faut mettre ? Ne pas mettre ?

Le début est déterminant !
Un lecteur d’un comité d’une maison d’édition se fait un avis des les premières pages, avis qui se confirme dès les trois premiers chapitres. Il faut donc le soigner, le lire, le relire, jusqu’à le connaitre par cœur, jusqu’à en avoir les yeux qui saignent. Donc : AUCUNE faute d’orthographe, AUCUNE approximation, AUCUNE méprise de vocabulaire. … Lire la suite

L’exemple américain : le marchandising du relecteur

La grande question pour tout relecteur passionné qui travaille dans l’univers littéraire est « Comment vais-je manger ce mois-ci ? ». Grave question ! Et existentielle en plus !
Comme à chaque fois, lorsque nous parlons argent, nous nous devons de regarder l’exemple américain. Comment travaille un relecteur américain ? Combien gagne-t-il ? s’en sort-il mieux qu’un relecteur français ?

Début des années quatre vingt, les relecteurs américains vivaient dans la même situation que les relecteurs français actuels : beaucoup de manuscrits à relire, peu d’argent. Certains, après avoir été ruinés suite au choc pétrolier, travaillaient même sur de tabouret … Lire la suite