Frankenstein ou le Prométhée moderne – Mary Shelley

Après pas moins de 35 adaptations cinématographiques en un siècle, la curiosité peut pousser à se jeter dans l’œuvre originelle : Frankenstein de Mary Shelley.

Tout le monde se fout du sous-titre : « Le Prométhée moderne ». Et pourtant, ça doit bien avoir une importance non ? Et bien oui, suivez le guide : Article Wikipedia. On en conclut que le héros est le scientifique qui joue à Dieu, et pas sa créature. Whooo, grosse claque : Je pensais que Frankenstein, c’était le nom du monstre et que du coup, c’était un anti héros sombre, violent et mort vivant…… Lire la suite

Jusqu’où relire ou comment ne pas devenir rewriter-addict !

Un relecteur consciencieux est souvent torturé par le texte qu’il relit. Etrange comme idée ? Pas du tout, je m’en vais l’expliquer.

Il ne faut pas oublier qu’un relecteur est un homme comme les autres et que comme tout homme normal qui se respecte, il adore ne rien avoir à faire. On peut le dire, un relecteur est un feignant. Alors, lorsqu’il découvre un texte rempli de fautes d’orthographes, d’erreurs de syntaxe, de mauvaise utilisation du vocabulaire, de répétitions ou de tournures de phrases alambiquées, il les souligne, les raye et tremblant, suant, les larmes aux yeux, il se retient.… Lire la suite

Neuromancien – William Gibson

Le neuromancien m’a fait prendre conscience que le futur dépend du présent qui l’a vu naître… Sujet de philosophie, vous avez quatre heures !

Je précise : ce livre a été écrit dans les années 80 (84 ou 85 pour être  presque précis), et le futur qu’il dépeint reflète cette époque. On y retrouve un Japon omniprésent, que ce soit culturellement ou techniquement (au niveau de l’informatique), et le moins qu’on puisse dire, c’est que depuis, le Japon n’est plus ce qu’il était.  Hier c’était la contrée du tout technologie, du onisme triomphant, avec ses Zaibatsus et ses Keiretsus, ses … Lire la suite

Construire une histoire c’est d’abord choisir son camp !

Un manuscrit, à priori, se compose de lettres qui forment des mots, qui forment des phrases, qui forment des paragraphes, qui forment des chapitres, qui forment un livre, qui lui même raconte une histoire. L’important est donc l’histoire ! Encore que, les petits caractères le sont également puisque sans eux, pas d’histoire…

Un auteur avant d’écrire s’interroge donc sur le : « Quelle histoire vais-je raconter ». Cette question est d’utilité publique : trop de manuscrits aux histoires plates, voire imbéciles arrivent en comité de lecture. Pour rappel : une histoire  c’est une intrigue, des personnages, des lieux, des rebondissements, … Lire la suite

Donner un avis sur un texte ou comment se faire des non-amis auteurs

Lire un texte, c’est fastoche. Relire un texte, c’est plus délicat. Entre les deux, il existe une zone d’ombre qu’on appelle le « donner un avis subjectif sur un texte ». Ah oui, précision avant de poursuivre : certains relecteurs affirmeront que leur avis est objectif. Bin tient. Si c’était vrai, ils sauraient comment écrire des Best Sellers, et ils s’en priveraient pas (en tout cas, moi pas). Donc, ils seront subjectifs. Ceci étant dit poursuivons.

– Les types d’avis :

Il existe différents type d’avis :

– l’avis ferme du genre « c’est de la merde »,
– l’avis … Lire la suite

Nain porte quoi…

Comme toute personne qui s’ennuie, qui est née juste avant les années 80, et qui a prié Gary Gygax, j’ai eu envie d’écrire un jeu de rôle. Mal m’en a pris : c’est prenant, passionnant et chiant un peu aussi – pour être honnête.

Résultat : je me suis trouvé un système de jeu, car oui, je suis feignant et je n’aime pas inventer, tester, et rédiger un système de jeu (sinon j’aurai passé un Bac S) ; et j’ai cherché un monde original et amusant, me rappelant la joie de mon enfance, et l’alcool de mon adolescence. J’ai donc … Lire la suite

Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants – Mathias Enard

Ce livre, de Mathias Enard (un nom à être un personnage des inconnus), est un roman court, voire une nouvelle longue vu combien l’éditeur a cherché à gagner de la place en jouant sur la mise en page, les marges et même, le format du livre, pour en faire un roman, qui est étrange…

Je ne reviens pas sur le contenu, n’importe quel site commerciale vous le dira mieux que moi. Non, j’insisterai sur un point pour le moment (car je ne l’ai pas encore fini), mais qui a son importance : l’écriture auditive.

Car oui, il faut bien l’admettre, … Lire la suite

Typologie des différentes relectures… Ou comment chier dans la colle !

Tout auteur qui se respecte a besoin d’un ou plusieurs relecteurs. Ca tombe bien, il en existe plein. Mais sont-ils tous identiques ? Utilisent-ils tous la même méthode ? Apportent-ils tous les mêmes informations ? Des questions qui nécessitent un éclairage !

Pour résumer, il existe 3 grands types de relecteur :

– l’orthographiste,
– l’optimisiste,
– le narratiste,

et tous peuvent être contenu dans une seule et même personne ! (c’est rare mais si vous tombez sur une perle de ce type, gardez la ! Congelez la ! Ou enfermez la dans votre cave belge !)

Voyons de manière … Lire la suite

La maison du bout du monde – Michael Cunningham

La maison du bout du monde de Michael Cunningham (rien à voir avec Richie…) est un roman de 1990 qui nous raconte la vie d’une presque famille sur une génération.

Est-ce intéressant ? Le style est américain (comprenez rempli de détails) et plutôt introspectif. Et comme les personnages ont des visions spécifiques, qui s’alternent au gré des chapitres (chaque chapitre incarne un personnage), l’ensemble est prenant, dynamique et donc agréable à lire. Je le recommande !

Il contient quelques phrases cultes que je n’ai pas encore relevé. Mais j’y pense.… Lire la suite