Les veilleurs – Frédéric Vasseur

Souvent on lit des livres d’auteurs qu’on ne connait pas, qu’on ne connaitra jamais (surtout s’ils sont morts) et on regrette de ne pouvoir leur parler, de leur signifier combien on les aime, ou pas, combien on rêve de leur corps, ou pas. Ce fut donc pour moi un véritable plaisir que de lire un livre d’un auteur que je connais 😉

Commençons par le début : « Les veilleurs » n’est pas un roman. Derrière ce titre se cache un recueil de nouvelles, diverses et variées, pour certaines déjà publiées, pour d’autres totalement inédites.

De quoi ça parle ?… Lire la suite

Le début d’un roman ou comment devenir dépressif

Une fois l’histoire trouvée, le plan établi, le français appris, des papiers et un stylos volés, vous êtes prêts pour commencer à écrire. Mais voilà, comment commence-t-on un roman ? Qu’est-ce qu’il faut mettre ? Ne pas mettre ?

Le début est déterminant !
Un lecteur d’un comité d’une maison d’édition se fait un avis des les premières pages, avis qui se confirme dès les trois premiers chapitres. Il faut donc le soigner, le lire, le relire, jusqu’à le connaitre par cœur, jusqu’à en avoir les yeux qui saignent. Donc : AUCUNE faute d’orthographe, AUCUNE approximation, AUCUNE méprise de vocabulaire. … Lire la suite

L’exemple américain : le marchandising du relecteur

La grande question pour tout relecteur passionné qui travaille dans l’univers littéraire est « Comment vais-je manger ce mois-ci ? ». Grave question ! Et existentielle en plus !
Comme à chaque fois, lorsque nous parlons argent, nous nous devons de regarder l’exemple américain. Comment travaille un relecteur américain ? Combien gagne-t-il ? s’en sort-il mieux qu’un relecteur français ?

Début des années quatre vingt, les relecteurs américains vivaient dans la même situation que les relecteurs français actuels : beaucoup de manuscrits à relire, peu d’argent. Certains, après avoir été ruinés suite au choc pétrolier, travaillaient même sur de tabouret … Lire la suite

Départs anticipés – Christopher Buckley

Sur la couverture, le truc entre les deux bonhommes qui se pognent, est écrit : le livre le plus drôle de l’année (ou l’auteur le plus drôle, je sais ne plus trop et vu la taille de la police sur cette image, je ne peux être sûr de rien). Alors s’il y a bien un truc que j’ai toujours cherché, sans jamais le trouver ,c’est un livre drôle : un truc qui fait sourire, ok, mais un truc qui fait pouffer dans le train, au point que les voisins comprimés nous jettent des regards inquiets, ça non. alors je me … Lire la suite

Le maître du haut chateau – Philip Kindred Dick

Ce cher Philip a bercé notre adolescence : ses livres sont devenus des films célèbres, et bien des années plus tard, une fois la barbe grisonnante venue, on se surprend à penser : « Mais tiens, que donnait ses bouquins au fait ? ». Alors on court à la Fnac, on en achète quelques uns, et on les lit (non je n’ai pas de contrat avec la Fnac, mais cette boutique et la Griffe Noire sont mes dealers préférés).

Mon premier est « Le maître du haut château », une uchronie – ma première lue soit dit en passant – … Lire la suite

La société des jeunes pianistes – Ketil Bjørnstad

Les livres explorent l’humain. Mais parfois, l’humain, c’est trop vaste. Alors certains livres explorent un sens, comme Le parfum avec l’odorat. Celui-ci explorent l’ouïe. A travers ses pages, les références aux grands compositeurs et à la musique pullulent au point qu’on se surprend à chercher les morceaux pour les découvrir ou les redécouvrir. Cela nous donne une leçon : un texte possède une ambiance sensitive qu’il faut savoir mettre en valeur.

Cet auteur est norvégien. Ecrit-on pareil en Norvégie ? Oui et non : d’un coté nous retrouvons la même manière de construire un livre, une histoire, des personnages, de … Lire la suite

Les petits – Christine Angot

Ce livre est une autofiction. Autofiction ; qu’est-ce que ça signifie grand père castor ? Et bien mon petit, cela signifie que Christine pompe dans sa vie et dans la vie de ces copains pour écrire ses livres. Certains diront que c’est mal, d’autres que c’est légitime, moi ça ne me dérange pas (d’autant que je m’inspire souvent de mes proches, vu que je n’ai pas le temps matériel pour faire de véritables recherches).Le truc, c’est qu’il faut connaître des gens à qui il arrive des trucs sympa, ou qui sont terriblement étonnant pour que leur histoire captive (ce qui … Lire la suite

Indignez-vous ! – Stéphane Hessel

J’aime les grandes gueules. Mon grand-père râlait nuit et jour, mon oncle ne pouvait s’empêcher de hurler dès que quelqu’un marchait pas droit, mon père insultait ses outils quand il bricolait. fort de  cet héritage, je regarde des émissions politiques et je beugle devant mon écran contre ces élus qui décidément ne comprennent rien à rien (soit dit en passant, vous pouvez m’embaucher, n’hésitez pas, je vous expliquerai tout !).

Lorsque j’ai entendu parlé de ce livre je me suis dit : « Chouette, une autre grande gueule dans ce monde de finesse ». Je suis allé à la F … Lire la suite

L’open space m’a tuer – Alexandre Des Isnards, Thomas Zuber

Ce livre est une succession de scénettes, de réflexions, autour du monde du travail et des cadres et de leur management (actuel ? On est tenté de le croire, même si on n’est pas vraiment dans ce milieu).

Ce livre est drôle. Ce livre est jeune. Ce livre ose jouer avec les polices et utiliser une langue « jeune », un poil argotique, mais pas vulgaire. Ce livre inclue même des tableaux. Tout ça fait que pour moi, ce livre est une mine de bonnes idées qui secoue un peu le livre dans sa forme, et en fait quelque chose … Lire la suite

World War Z – Max Brooks

Ce livre est sous-titré : une histoire orale de la guerre des zombies, sous-titre vraiment bien trouvé car c’est de ça dont il s’agit.

Ce livre est d’une terrible intelligence. A voir tous les aspects qu’il soulève, on se dit que l’auteur, non content d’être un fan de zombie (jugez à sa bibliographie), a réfléchi des centaines, voire des milliers d’heure à comment se passerait un vraie guerre totale, mondiale, contre ces monstres.

Cette fois, pas de slasher, pas de héros, pas de supermarché. Le lecteur découvre les interviews d’un journaliste, interviews réalisées après la guerre. Car il s’agit … Lire la suite