Les petits – Christine Angot

Ce livre est une autofiction. Autofiction ; qu’est-ce que ça signifie grand père castor ? Et bien mon petit, cela signifie que Christine pompe dans sa vie et dans la vie de ces copains pour écrire ses livres. Certains diront que c’est mal, d’autres que c’est légitime, moi ça ne me dérange pas (d’autant que je m’inspire souvent de mes proches, vu que je n’ai pas le temps matériel pour faire de véritables recherches).Le truc, c’est qu’il faut connaître des gens à qui il arrive des trucs sympa, ou qui sont terriblement étonnant pour que leur histoire captive (ce qui … Lire la suite

Indignez-vous ! – Stéphane Hessel

J’aime les grandes gueules. Mon grand-père râlait nuit et jour, mon oncle ne pouvait s’empêcher de hurler dès que quelqu’un marchait pas droit, mon père insultait ses outils quand il bricolait. fort de  cet héritage, je regarde des émissions politiques et je beugle devant mon écran contre ces élus qui décidément ne comprennent rien à rien (soit dit en passant, vous pouvez m’embaucher, n’hésitez pas, je vous expliquerai tout !).

Lorsque j’ai entendu parlé de ce livre je me suis dit : « Chouette, une autre grande gueule dans ce monde de finesse ». Je suis allé à la F … Lire la suite

L’open space m’a tuer – Alexandre Des Isnards, Thomas Zuber

Ce livre est une succession de scénettes, de réflexions, autour du monde du travail et des cadres et de leur management (actuel ? On est tenté de le croire, même si on n’est pas vraiment dans ce milieu).

Ce livre est drôle. Ce livre est jeune. Ce livre ose jouer avec les polices et utiliser une langue « jeune », un poil argotique, mais pas vulgaire. Ce livre inclue même des tableaux. Tout ça fait que pour moi, ce livre est une mine de bonnes idées qui secoue un peu le livre dans sa forme, et en fait quelque chose … Lire la suite

World War Z – Max Brooks

Ce livre est sous-titré : une histoire orale de la guerre des zombies, sous-titre vraiment bien trouvé car c’est de ça dont il s’agit.

Ce livre est d’une terrible intelligence. A voir tous les aspects qu’il soulève, on se dit que l’auteur, non content d’être un fan de zombie (jugez à sa bibliographie), a réfléchi des centaines, voire des milliers d’heure à comment se passerait un vraie guerre totale, mondiale, contre ces monstres.

Cette fois, pas de slasher, pas de héros, pas de supermarché. Le lecteur découvre les interviews d’un journaliste, interviews réalisées après la guerre. Car il s’agit … Lire la suite

Combien de pages comporte un roman ?

Dans les articles précédents nous avons vu qu’il fallait construire une histoire. L’apprenti écrivain passionné et plein de rêve que vous êtes doit maintenant posséder le plan de l’œuvre qu’il souhaite écrire. Etapes, rebondissements, deus ex machina, tout est prévu. Fort bien.
Passons maintenant au point crucial de la rédaction : combien de page pour ce roman.

A l’heure actuelle, il existe deux grandes tendances, que nous allons simplifier volontairement pour éclairer ce point particulier : il y a les américains, et nous (les français).

La méthode anglo-américaine :

Lorsque vous observez les roman de littérature imaginaire actuelle, vous … Lire la suite

Le trône de fer T1 – George R. R. Martin

Je n’aime pas pas finir un livre. Ca laisse toujours un arrière goût désagréable dans le cerveau, comme une impression d’échec, de découragement et de lâcheté. Ne pas finir un livre, c’est mal ! Or, donc, je n’ai pas fini ce livre. Pourquoi ? Zat is ze quechtionne !

D’ordinaire je ne cours pas après la Fantasy ; comme me le dit souvent mon conseiller littéraire belge : « T’aimes pas le merveilleux ! », et c’est vrai. Je n’aime pas les elfes fins, fluets et précieuses, je vomis sur les fées douces, délicates et mielleuses, et je hais les … Lire la suite

American Express – James Salter

C’est rare, mais il existe des livres qui n’ont ni trame, ni personnage principal. Un peu comme Zombies de Bret, ce livre est construit sur une série de chapitre nous narrant des scènettes où différents personnages vivent… leur vie.

Pour que ça marche, il faut un certain talent narratif, et des scènes ou des personnages bien choisis. C’est donc un défi difficile, plutôt casse-gueule, qu’il faut réserver aux plus grands écrivains.

James Salter est un bon écrivain, d’après la Grande Librairie (ce qui est possible, bien que je ne le connaisse pas) et malgré tout, son livre ne m’a pas … Lire la suite

Le magasin des suicides – Jean Teulé

J’ai eu une idée géniale et comme à chaque fois que j’ai une idée géniale, quelqu’un l’a eu avant. Déception, hurlement de douleur, sensation désagréable de ne pas être un génie, mais juste un gratte papier comme tant d’autres, puis je me ravise, et je décide, bon joueur, de jeter un oeil à ce qui a été fait, et que je voulais faire. Me voici donc à lire le magasin des suicides.

Première surprise : c’est drôle, voire burlesque. C’est donc un poil plus loin que ce que j’aimerai faire.

Deuxième surprise : le contexte familiale, avec les caractères caricaturaux … Lire la suite

Zombies – Bret Easton Ellis

J’ai dit précédemment qu’un livre, c’était une histoire, à suspens, à rebondissements ou à chute, qu’importe. En lisant. Bret Easton Elllis, le lecteur s’aperçoit qu’un livre, ça peut aussi être autre chose : un livre, ça peut être une incarnation.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Un livre peut s’attacher à raconter quelques scènes de la vie de personnage, il peut se contenter de nous présenter une poignée d’individus, incarnant une génération, nous révélant leurs pensées, leurs occupations, leurs habitudes, sans pour autant se forcer à mettre en scène une intrigue.

C’est ce que fait Bret Easton Ellis. Aussi étrange que … Lire la suite

Enculés – Eric Holstein in Bifrost T 60

Une fois n’est pas coutume, je vais parler d’une nouvelle découverte dans un magazine de référence, à savoir Bifrost.

Pourquoi en parler ?

Tout d’abord parce qu’il est question de vampires, et que ces derniers temps, le thème du vampire est malmené à n’en plus finir – je les imagine d’ailleurs entrain de se retourner dans leurs cercueils.

Ensuite, parce qu’il est question de CRS. Oui, oui, de CRS. Du coup, vampires et CRS, ça donne deux éléments peu mélanger mais qui valent la peine qu’on y réfléchisse deux secondes.

Au final nous obtenons une nouvelle incroyable avec tout juste … Lire la suite