[Game Book] Dreamquest – une initiation au LDVELH, à jouer en famille

Dreamquest est un projet participatif pour lequel… j’ai participé. Il faut dire, la promesse m’a plu : jouez en famille un livre dont vous êtes le héros. Les LDVLH (il y a toutes les lettres ?) se jouent dans la majeure partie des cas, tout seul. Et cet été, tandis que je replongeais dans cette madeleine de Proust, ma grande m’a demandé ce que je pouvais bien faire avec ce livre, à rigoler comme un âne, jeter des dés, râler, et tricher (parfois).
Je lui ai parlé du concept. Curieuse, elle semblait vouloir découvrir le truc, mais la complexité du texte, l’arborescence dense de ce tome et la violence des morts qui surviennent font que je lui ai déconseillé. Et voilà que Dreamquest a pointé le bout de son nez.
Lorsque j’ai reçu le paquet, j’avais oublié mon pledge. Ça m’arrive souvent avec les pledges. Et quand j’ai ouvert la boite, j’ai tout d’abord été surpris par la qualité des illustrations. C’est sûr qu’à côté, mon LDVELH il faisait un peu cheap. J’ai lu les règles, un peu chelou, au premier abord : pas de dé, mais des cartes gérant à la fois l’aléatoire et l’équipement, deux paires de personnages, les personnages enfants et parents, les cartes pour la gestion des points de vie… oups, de rêve, et les livrets dont vous êtes le héros.
Petit pitch de mise en place, nous avons testé.
Tout d’abord les livrets sont écrits assez gros pour les enfants, ce qui nous a permis d’alterner au niveau de la lecture. Étant MD, j’en rajoutais un peu à la lecture. Pour les choix, je lui ai toujours demandé son avis, et parfois, nous avons dû négocier. L’arborescence n’est pas folle, et ça convient parfaitement pour des enfants pas trop grands. Nous avons essuyé de nombreux combats, contre des créatures au design peu effrayant et au nom plein de jeux de mots… que j’ai aimé 🙂
Nous avons perdu suffisamment de points de rêve pour finir la partie en piteux état, ce qui est toujours gratifiant (la sensation de « c’est passé juste » montre que la difficulté est adaptée).
Au final, il nous a fallu une heure je dirai pour en venir à bout. Suffisant pour marqué l’esprit, pas trop pour ne pas lasser.
Je ne regrette pas d’avoir participé à cette aventure.
Un volume 2 est en préparation. C’est avec plaisir que nous nous jetterons dedans.

Ps : https://elixeer.fr/nos-produits/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.