De la table au tchat

Faisant suite l’article du papier à l’écran, je reviens cette fois sur l’expérience du jeu de rôle en ligne pratiquée durant le confinement. Voire le jeu tout court.
Le confinement a été un moment marquant dans le sens où les liens physiques se sont réduits. Les occasions de se retrouver, de jouer, de rire ensemble même étaient interdite. Nombreuses ont été les stratégies pour conserver malgré tout du lien, pour preuve les apéros virtuels qui ont saturé les bandes passantes et dégommé les batteries de nos smartphones 🙂

Pour jouer, nous avons aussi utilisé des stratégies de contournement. Niveau jeu de société, je vous renvoies à l’excellent Boardgame Arena -> ici <-
La plateforme permet de jouer à différents jeux en ligne, avec des amis ou des inconnus. En voici quelques images.

N’hésitez pas à aller découvrir ce site. Nous en tout cas, nous l’avons adopté.

Pour le jeu de rôle maintenant.

À titre individuel j’ai utilisé les outils présentés sur ce site pendant 3 parties :

Petit retour d’expérience.

Roll20 et Discord.
Roll20 pour la partie plan, gestion des cartes et des jets de dés, Discord pour la partie visio (en cherchant bien, nous avons trouvé comment).
Roll20 simule la table. Plus précisément, il simulait notre table.
Bien que le jeu de rôle repose sur l’imaginaire, tous les imaginaires ne sont pas identiques. J’en veux pour preuve l’expérience de King dans Ecritures : si je vous dis « dans la salle se trouve une table ». Un jour pourra imaginer une petite table ronde genre repas de famille chez mamie, un autre une table de ferme, un autre une table en fer forgé. La préciser peut être utile. La représenter ronde, avec ses proportions, la décrire succinctement permet aux joueurs de se l’appproprier un peu plus. C’est important car cela pourra engendre des interactions entre elle et les personnages (« Je monte sur la table ! », « je la soulève et la balance sur les autres ! », « je la contourne et me cache derrière ! »).
C’est utile pour la situer également. « Elle se trouve à droite des trois gardes, mais le premier est à gauche du second et le troisième à droite, et plutôt en face de la table » et le joueur de répondre « C’est qui le plus proche de moi ? »
Bon là, ok, un dessin rapide et on visualise un peu plus la scène. C’est dans ce genre de moment qu’on s’aperçoit que la parole peut être moins compréhensible qu’une esquisse. Ou moins précise.
Enfin les jets de dés. C’est la gestion de l’aléatoire, le moment où les mécaniques de jeu entrent en scène. Avec ceux qui « chauffent les dés », ceux qui les jettent trop fort parce que stressés ou encore ceux qui choisissent avec attention lequel lancer.
En résumé Roll20 nous a permis de retrouver nos aides habituelles, à savoir l’aide à la représentation mentale (c’est un peu moche dit comme ça, mais c’est un peu ça), l’aide à la localisation spatiale et enfin l’aide à la gestion de l’aléatoire.

Discord nous a servi à communiquer.
Quand je joue au jeu de rôle, il y a la communication orale, ce que dis le joueur, mais il y a également la communication physique, c’est à dire les postures, les traits du visage ou simplement le regard.
Cela en tant que MJ me permet de voir si un joueur s’ennuie, s’il est pris par le jeu, s’il est anxieux, s’il est en retrait pour une raison interne au jeu (ce qui se passe ne lui convient pas) ou externe (un problème personnel, professionnel, que sais-je encore).
Je trouve ce rôle très important. Souvent on assimile le MJ au rôle d’arbitre. C’est un peu plus que cela. Il est là pour encadrer et créer une expérience ludique (divers et variée) bienveillante. Bienveillante ne signifie pas qu’on ne va pas jouer à un jeu d’horreurs indicibles venant des temps anciens, non, cela signifie qu’à mon sens, le MJ va prendre soin de ses joueurs.
Il peut les mettre mal à l’aise, les confronter à des questions épineuses, leur présenter des quêtes héroïques, etc mais dans un objectif ludique. S’il s’aperçoit qu’un joueur n’est plus dans le jeu pour une raison X ou Y, il peut faire une pause, aller voir le joueur et discuter avec lui pour voir ce qu’il en est. Il existe tout un tas de stratégie fine pour échanger avec un joueur. Mais je ne suis pas quelqu’un de très fin 🙂 Quand je détecte un soucis, j’interviens.
Tout ça pour dire que le langage corporel m’est très utile et que je n’ai pas réussi à m’en passer.

Alors on pourrait se dire qu’avec ces outils, tout s’est bien passé. Pas tout à fait :

L’outil a entrainé un changement de comportement.
La prise de parole est différente. Ici, les joueurs ne beuglent pas dire ce que font leurs personnages. Idem, il n’y pas d’humour ou de réflexion pendant qu’un joueur explique ce qu’il compte faire. Pourquoi ? Parce qu’on arrive vite à une cacophonie où on ne distingue plus la conversation. Du coup, chacun prenait la parole l’un après l’autre. Le gros point positif venait du fait que les joueurs s’écoutaient plus les uns les autres. Quant au point négatif, c’était que cette manière de jouer changeait l’ambiance à notre table (nous sommes des chambreurs, c’est souvent la bazar et le jdr nous sert plus d’exutoire qu’autre chose).
Nous avons donc plus joué, sans doute mieux joué, mais moins rigolé.

La prise en main de l’outil a rendu les parties moins fluides.
Il ne s’agit pas de critiquer les outils, mais en utiliser de nouveaux engendre forcément une phase d’apprentissage. Nous n’avons pas assez joué pour que cela devienne naturel. Un jour peut-être.

Malgré cela :

La technologie nous a permis de survivre.
Mine de rien, malgré une pandémie mondiale, un confinement national, nous avons pu garder le contact.

Allons-nous poursuivre en ligne ? Pourquoi pas ! L’avenir nous le dira.
Allons-nous revenir en présentiel ? Pour le moment la pandémie n’est pas terminée. Nous attendons encore un peu.

Voilà, c’était mon petit retour d’expérience de jeu de rôle en ligne.

À bientôt, prenez soins de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.