Question adaptation

Les récentes adaptations de sherlock (et leurs succès respectifs) me questionnent, que ce soit :
– au cinoche (avec Robert machin junior),
– à la BBC (avec Bilbo et l’autre extraterrestre),
– sur M6 avec Elementary et son Watson… pour le moins inhabituel,
– à Bollywood (où sherlock danse avec vingt figurants derrière),
– en Allemagne, avec Tzerlok, le surdoué de l’Allemagne de l’Est,
– en Corse, avec son adapation célèbre de « la paillote de Sherlockini », où le surdoué de la plage résout des affaires digne de Baywatch,
– ou encore la version chilienne, où ce viticulteur amateur … Lire la suite

Ceci est un point d’ironie – Keith Houston

En réaction à l’article là : http://www.courrierinternational.com/article/2014/01/20/ceci-est-un-point-d-ironie

En tant qu’auteur, je cherche à retranscrire les émotions de mes personnages. Alors, j’use des artifices habituels (les « s’empourpra-t-il », « il hurla », « tremblant de peur » , etc), fins et intelligents, utilisés avec finesse et intelligence, puisque oui, je suis un auteur fin et intelligent (et les x3 ne m’ont jamais fait peur).
Les sentiments donc.

<Avertissement, ce qui suit n’est pas une thèse historique, juste quelques vannes balancées à la va-vite avant mon premier café>

Mais revenons dans le temps. Avec l’apparition d’internet, dans les premières salle de … Lire la suite

Question Fantasy

Bonjour petit bonhomme qui me lit, aujourd’hui, nous allons faire une introspection dans mon fondement, à savoir, mon problème avec la Fantasy.
En guise d’introduction rigolote, note que j’ai lu ça :
http://romandefantasy.blogspot.fr/2014/01/comment-ecrire-un-best-seller-de-fantasy.html

Si, si, c’est un peu rigolo. Mais en le lisant, des images insoutenables me sont revenues : l’anniversaire de Bilbo, une ninja en cotte de maille, dans je ne sais plus quel bouquin, le premier tome de Game of Throne, Eraaaaagooonnn (je me sens sale !), des noms de personnages permettant de gagner au scrabble (mot compte triple !), les épisodes de Xéna, bref, tout un pâté … Lire la suite

Le livre noir des Jason & Robur – Stéphane Fuentealba

– Allô, Stéphane Bourgoin à l’appareil !

– Stéph, c’est Lilian Peschet !

– Lilian Peschet du JDR Mag ?

– Ouais, mais tu vas me faire rougir. Appelles moi ianian.

– Okay ianian, que me veux-tu ?

– Bin voilà, j’ai lu ton livre, et je suis fan quoi. Je pourrai t’interviewer ?

– Pas de problème, passe à la librairie, on causera autour d’un café.

– Vendu lulu ! dis-je en accusant les années 80 d’être les responsables de cette expression honteuse. Elle se trouve où ta librairie ?

– Au 37 rue de Montholon, dans le IXe.… Lire la suite

Seconde Chance – Andy Vérol

Et donc j’étais stagiaire à la Grande Librairie. J’avais en charge les sorties numériques. Mon boulot ? Simple : je devais lire les e-books, en faire des fiches, et les refiler à mon camarade / patron Busnel pour qu’il les lise en plateau et se la raconte en soirée. Fastoche. Mais chronophage. Et tout ça pour 400 euros brut par mois.

J’avais entendu parler de cette nouvelle maison : La matière noire. Et de son premier auteur : Andy Vérol. Andy, un auteur dont le nom bruissait dans mes oreilles depuis quelques années mais que je n’avais jamais lu. J’en … Lire la suite

K-Paradox

Chaque fois que Jeff Balek me contacte, je m’inquiète. J’ai toujours peur de sa dernière idée, m’en voulant de ne pas l’avoir eu avant, et redoutant qu’il m’y fasse participer. Et ça n’a pas loupé. Après avoir reçu un mail présentant un bref synopsis, une présentation du personnage à interpréter, des dates de jeu, un outil, Twitter, un objectif, tenu secret. Damned, de quoi mettre l’eau à la bouche. Et un pitch à m’exciter les papilles : un effondrement psychologique d’un patient qui s’effondre sur lui-même, avant de sombrer dans le coma.

Avec #Allsinners, une première participation à une twittfic, … Lire la suite

Rainbow Warriors – Yal Ayerdhal

Mon premier Trolls et Légendes. J’avais quitté femme et enfants, pris la voiture, tel l’étudiant que j’avais été, et foncé droit vers la Belgique sans me soucier de rien… Enfin si, en me souciant de mes amis qui squattaient mon véhicule sans la moindre honte (mes amis sont des connards).

Nous foncions donc. Sans nous inquiéter des limitations de vitesse, car qui a roulé en Belgique sait que les Belges ont conçu leur sécurité routière (et leur sécurité intérieure même) sur un marquage au sol plus que douteux, incompréhensible et anxiogène.

Nous foncions donc les yeux fermés. Jusqu’au moment où … Lire la suite

#Le coach – Episode 03

Episode 03

 

Cinq ans plutôt.

– Ça pue votre truc !
L’homme, dans son engin agricole pétaradant tend l’oreille par dessus le bruit de son moteur. Il m’oblige à me répéter, ce que je déteste, en hurlant presque, ce que je déteste tout autant.
– ÇA PUE VOTRE TRUC !
– J’veux bien qu’ça pue. C’est du lisier.
– Du lisier ?
– De la merde.
– Ah pardon, j’ignorais le terme technique, c’est que je suis de la ville…
Au terme « ville », les yeux du bouseux font un tour complet dans leur orbite, comme si j’avais … Lire la suite

Mes Montagnes Russes, Mon Dragon – Julien Peschet

J’avais rendez-vous dans un cinéma de quartier, un de ces vieux machins où les salles sont aussi nombreuses que trois doigts de la main et où la programmation est du genre… indépendante.

Aucune information quant aux programmes, que ce soit dans l’Officiel du spectacle, ou sur internet. J’étais un poil inquiet.

Flashback :


« T’es sûr que c’est bien ton truc ? avais-je demandé.

– Certain. Cette fois, y aura pas de vomi ! »

Il faisait référence à la projection privée de Maniac, qui s’était terminée sur un hommage aux goonies, comprendra qui pourra.

RER, métro, je traversai le … Lire la suite

L’amour sans le faire – Serge Joncour

Salon du livre 2013. Je suis derrière un stand, avec une pile de livre à dédicacer. Personne ne s’arrête. Personne n’en achète. A ma droite, un des participants à l’amour est dans le pré vend ses bouquins comme des petits pains. A ma gauche, un éditeur en numérique joue à des jeux vidéos sur une tablette.

Je m’ennuie ferme.

Un vieil édenté s’arrête. Il commence à déblatérer des âneries. Le public n’est pas comme je l’imaginais.

– Non, je ne suis pas Marc Lévy.

– Ba vindiou, v’lui ressemblez !

– Non, je vous assure….

Il s’en va.

Quelque part, … Lire la suite