La boite de Schrodinger Exp 1 – Michael Roch

Toc toc toc
– Tiens, marrant, trois coups contre ma porte !
Toc toc toc
– Ouais, deux fois trois coups contre ma porte, ça le fait moins.
<pause>
Oui, éminent et cultivé lecture, tu viens de supposer que je parlais seul chez moi, et c’est VRAI !
N’y voit aucune marque de folie, ni de schizophrénie, c’est juste que je pense tout haut. Ce qui en soit… est très saint hein…
</pause>
Recadrons le truc sinon personne ne va comprendre. Lundi de pâques, les cloches ont été remplacées par un lapin, le lapin de pâque, un cousin serial killer de Quicky, meurtrier de Gros Quick il y a quelques années (lapin d’ailleurs que j’ai déjà vu au Walrus Institute,où il traine souvent son museau maudit, histoire de rendre dingue quelques auteurs). Là, il a passé sa nuit a caché dans les jardins des chocolats frelatés, vraisemblablement recouvert de drogues. Pour prévenir tout risque d’intoxication infantile, je me suis levé tôt, me suis habillé et m’apprête à sortir pour checker tous les jardins des environs et récupérer le max de chocolat, lorsque :
Toc toc toc
Toujours par trois. Toujours marrant. J’ouvre. Derrière la pote se tient un mec en imper déchiré. Ni jeune ni vieux. Ni beau ni moche. Il ressemble à un vieil inspecteur des années 90, tout droit sorti d’une vieille série, un maigret des temps nouveaux, mais sentant le vieux quand même – pour le coup, je sais pas si je suis clair…
– Help me !
Damned ! On est dans le cinquième élément ! (sauf qu’il a pas la tronche de Lilou…)
– Comment canne i ave any help u ? (ouais j’ai toujours été une quiche en langues étrangères)
– Cachez moi !
– Hey, je suis pas un dresseur de Pokemon !
– J’ai pas dit attrapez moi, mais cachez moi !
– Oh. Ok, entrez.
L’homme court jusqu’au salon, où il se met à ramper pour se terrer sous mon bureau.
– J’imagine qu’un café ou un truc du genre vous ferait du bien…
– Non, non, faites comme si je n’étais pas là. Sinon il saura et il viendra me chercher !
– Okaaaaaaaay… Il qui ?
– Michael.
– Michael ? Lequel ? Non parce qu’un Jackson zombifié et un autre…
– Roch.
– Michael Roch ? Woooooo !
– Ouais hein.
– Mais t’es qui pour lui ?
– Je suis un de ses personnages fétiches, mais je me suis sauvé. Ce mec est un malade. Un dangereux malade.
– Attend, ttend, ttend. tu viens de me dire que t’es un personnage ?
– Oui.
– Lequel ex-ac-te-ment ?
– Despérine…
– Oh putain.
Despérine. L’inspecteur de Sacqueroy. Le gars qui affronta des dangers pas possible, sans jamais vraiment y croire, ou alors en y croivant (j’ai un doute là) qu’une fois devant l’horreur indicible de son minuscule département. Despérine, la tête de turc par excellence de Michael ; le mec qui voulait devenir inspecteur, et qui l’est devenu, mais sur lequel Michael teste ses pires créatures. Un crash testeur monstrueux. Un cobaye horrifique. Une chaire à canon blessée, détruite, ressuscitée, pour entamer un nouveau cycle.
– Alors ? me demande-t-il, les yeux arborant l’expression de celle du chat botté dans Shrek.
– Reste sous le bureau quelques jours, le temps que ça se tasse.
Je sors du salon, fonce dans la chambre et attrape mon fusil de chasse.
– J’m’en vais d’abord exploser ce salaud de lapin avant qu’il te balance.
Je charge la balle.
– A tout de suite Despérine.

De quoi ça parle ?

Dans celle de Michael Roch, il y a de vieux inspecteurs de police en prise avec des forces occultes et mystérieuses, il y a des asiles d’aliénés qui cachent des secrets impossibles à révéler. Il y a aussi des visions, certainement provoquées par des soirées arrosées mais… les visions ont-elles l’habitude de mordre si fort ? Ici des paysages souterrains et urbains se peuplent de créatures terrifiantes et de peurs ancestrales. Sortir le soir d’Halloween ? Pourquoi pas, si vous aimez les monstres hargneux… De fait, il y a toutes sortes de choses dans la Boîte. Oserez-vous l’ouvrir ?

Faut-il le lire ?

Ouais. C’est vraiment sympa même si y a un côté trop court pour chaque nouvelle. J’avoue avoir été plus excité par les trois premières, avec un cadre sympa, mystérieux et oppressant. Et plein de perso haut en couleur (et des noms de perso, yahou !).
Le style de Michael est toujours aussi impeccable, c’est un régal, alors que dire d’autre ? Bin achetez moi ça. Et rendez le heureux. HIHA !

Ps : Une fois dehors, j’attrape mon téléphone.
– Michael ?
– Ouep.
– J’ai André.
– Garde le moi bien au chaud. J’ai prévu des trucs pour lui.
– Ok… Quels genres de truc ?
– Du genre effrayant. T’inquiètes. Ça va le faire. Et bien.
J’ai toujours eu un peu peur de ce mec. Et plus je le connais, plus je m’en méfie…

Vous pouvez l’acheter ici :
Amazon (lien affilié)
Fnac (lien non affilié)
Immateriel (lien non affilié)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.